Twilight Struggle: Tinker, Tailor, Soldier, Spy







«De Stettin dans la Baltique jusqu'à Trieste dans l'Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent toutes les capitales des anciens États de l'Europe centrale et orientale. Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia, toutes ces villes célèbres et les populations qui les entourent se trouvent dans ce que je dois appeler la sphère soviétique, et toutes sont soumises, sous une forme ou sous une autre, non seulement à l'influence soviétique, mais aussi à un degré très élevé et, dans beaucoup de cas, à un degré croissant, au contrôle de Moscou.», Winston Churchill


Nouvelle partie de Twilight Struggle, avec le set up initial de part et d'autre.

Europe de l'Est majoritairement controlé par le joueur soviétique, a l'opposé de l'Europe de l'Ouest maintenu sous le contrôle américain. A noter aucune influence en France ayant tiré l'événement "De Gaulle Leads France" (impact: retirer 2 influence en France, et rajouter 1 point soviétique) avec une main de départ a forte consonance rouge du coté US.




 Après quelques tours de jeu, la domination de l'URSS s'installe rapidement en Europe grâce à des événements du type "gouvernement socialiste", permettant de retirer de la présence américaine, ou bien "crise de Suez", impactant fortement l'influence en France.







A contrario, le Moyen Orient passera sous la coupe américaine, après quelques coups d'états en Syrie, et Egypte (malgré la présence de Nasser en début de partie), faisant irrémédiablement baisser le niveau de DEFCON vers une guerre nucléaire.




L'Asie en générale, et spécifiquement la partie Sud Est se voit successivement contrôlé par l'URSS, du à la forte collaboration de la Chine et une révolte au Vietnam, puis les USA, en maintenant une forte présence au Japon, Indonésie, et Malaisie. A noter de violent affrontement et soulèvement en Thaïlande, pays d'affrontement.









La course à l'espace n'est pas resté en reste, plus utilisé par l'Amérique, ce qui respecte bien l'aspect historique.



Au final, une victoire de l'URSS avec une domination sur l'Europe, malgré un contrôle assez fort sur l'Amérique Centrale ainsi que du Sud.






Après 4 parties à mon actif, ce jeu est toujours aussi addictif, rythmé par les 110 cartes d'évenements à utilisées en tant que tel ou bien en ciblant les points d'opérations.  Les décisions sont toujours critiques et choix délicats, ce qui maintient un rythme et une tension tout au long des parties.

Love it ! 


Quelques pics de mon séjour à Berlin pour mettre dans l'ambiance...










Commentaires

TOD a dit…
J'ai beaucoup apprécié ce jeu, je recommande!

Articles les plus consultés